Passer au contenu

malheureuses frontières…

CD- salon couleur copie

Q : MENSONGES, un roman pour adolescents, un roman pour jeunes adultes, un roman pour tous?

R : Les catégories « d’âge de lecture » sont très discutables. Bien sûr, on n’offre pas le même livre à des enfants de trois ans qu’à des lecteurs de huit ans. Mais dès l’âge de douze ans, on peut plonger dans toutes les formes d’écriture et de littérature, on fait ses choix, on essaie, on se trompe et on trouve. L’homme des silences et L’Île au piano ont été publiés en littérature générale et font le bonheur de bien des adolescents. Je n’ai jamais cru nécessaire d’écrire spécifiquement pour eux. J’ai écrit un roman, point. Je ne tiens pas à l’étiqueter. Je fais confiance aux lecteurs, et aux libraires. MENSONGES, un roman pour tous? Mais oui, que l’on ait 12 ou 82 ans comme ses deux héroïnes. Un film coté “13 ans et +” ne rebute pas un public adulte. Pourtant, les romans ainsi étiquetés sont automatiquement perçus comme des textes pour jeunes que bien des adultes hésitent à lire, et c’est dommage. De la même manière, on a créé de telles frontières entre ces “âges de lecture” que bien des lecteurs de 15 ans hésitent  à lire autre chose que ce qui a été classé dans “leur” catégorie. Si c’est “pour adultes”, c’est trop difficile, ça ne les regarde pas.

Oui, vraiment, malheureuses frontières…